Un pèlerinage avec un âne: Interview avec Roland Garin


[Roland Garin and Praline]

Roland Garin et Praline. Photo de Roland Garin.

(The English version is here.)

Anna-Marie: Etait-ce votre première fois de marcher le Camino?

Roland: Sur le chemin de Compostelle, j’avais marché pour m’entrainer sur la distance LYON << LE PUY. La première fois avec 2 ânes. Praline était accompagnée de son compagnon Amandin. La deuxième fois avec Praline seule. Ensuite nous avions fait le GR 70 appelé aussi « le chemin de STEVENSON » en souvenir de R. L. Stevenson, écrivain Ecossais, auteur entre autres du roman d’aventures « l’ile au trésor ». Où avez-vous commencé à marcher?

Nous sommes partis de Saint Pierre la Palud, village de 2500 âmes, situé à 25 kilomètres de LYON dans une région que l’on appelle chez nous « les monts du Lyonnais ». Nous avons suivi la route suivante: Saint Pierre << Le Puy << Saint Jean Pied de port << Santiago de Compostella << Muxia << Fisterra. Environ 1900 km en 77 jours de marche. Pourquoi avez-vous décidé de marcher avec Praline?

Pourquoi avec Praline? C’est une bonne question!! Certains partent seul, avec un ami, avec leur femme…… Moi, j’aime les ânes. (Il y en a quatre à la maison). Praline est ma compagne de randonnée et depuis que nous marchons ensemble nous formons un joli couple. Il y a entre nous une complicité et une affection que seuls les propriétaires d’ânes peuvent comprendre.

Quelle a été le meilleur de la marche avec un âne?

Comme je vous le disais plus haut, lorsque la complicité s’est installée entre l’homme et l’animal, c’est un vrai bonheur. Praline régule la marche : ce n’est pas l’homme qui guide l’âne!! L’homme marche au pas de l’âne! J’avoue aussi que j’ai la chance d’avoir un animal exceptionnel. Je lui parle toute la journée et même si certains sont septiques, elle écoute et comprend toute mes paroles… a droite … a gauche … tout droit. Quelquefois elle suit les balises avant que j’ai le temps de parler!! J’ai beaucoup de chance.

[Roland Garin and Praline]

Roland Garin et Praline. Photo de Roland Garin.

Le pire?

Il n’y a pas de pire chez un âne! C’est une question d’éducation…. L’âne est un animal extrêmement intelligent, certain disent que c’est un des spécimens le plus intelligent de la race animale. Un âne au contraire d’un cheval ne se dresse pas, il s’éduque. Tout est complicité, douceur et patience….on n’impose pas sa volonté a l’âne!! On dit que l’âne est têtu. Ce n’est pas vrai, il réfléchit … il analyse le chemin, le danger, les bruits. Quand un âne ne veut pas avancer, c’est a l’homme de comprendre pourquoi. Et lorsque l’homme devient aussi intelligent que l’âne tout va bien!

Où avez-vous passé la nuit avec Praline?

La nuit je dormais sous la tente et Praline dormait à côté. L’âne dort très peu et par épisode, par contre, il profite de la nuit pour manger. Elle se sentait en sécurité de me savoir à côté d’elle. Il m’est arrivé de coucher dans des gîtes … elle était très malheureuse et cela posait des problèmes car elle n’arrêtait pas de braire toute la nuit. Ce qui n’était pas toujours apprécié des autres pèlerins!

A-t-elle besoin d’une nourriture spéciale?

Surtout pas de compléments alimentaires pour un âne. L’âne est un animal rustique, il se contente d’herbe et de foin. De l’eau fraiche … et pour la récompense du travail de la journée, un fruit ou une croûte de pain dur. Si vraiment on veut lui faire plaisir une poignée d’orge écrasée…. Mais il faut qu’il la transporte … alors….

Avez-vous eu des difficultés à marcher à travers les villes?

Marcher dans une ville n’est pas toujours facile : l’homme dès qu’il a un volant dans les mains se prend pour le maitre du monde, alors il devient souvent le pire des rustres et des crétins. Je n’ai pas eu de problème pour traverser les grandes villes (Pampelune, Burgos, Léon et Santiago). Praline à l’habitude des voitures et cela ne l’impressionne pas. J’avais surtout l’angoisse d’être arrêté par la Guardia Civile, car certains guides précisaient que la traversée des villes était interdite aux chevaux et aux ânes. Mais je n’ai pas eu de problèmes, au contraire, j’ai été très bien accueilli par les représentants de la force publique. J’ai même pris des photos avec eux. La plus grande difficulté à été de franchir certaines passerelles métalliques. Praline n’aime pas!! Alors il faut contourner…. Et tout va bien. Le plus dangereux ce n’est pas les villes, c’est lorsque nous sommes obligés de longer des routes nationales a forte circulation. Les camions roulent vite et font beaucoup de bruit et l’animal peut avoir peur … il faut bien le tenir de près pour lui donner confiance. Le pire, c’est quand les gens klaxonnent … mais on ne peut pas les blâmer, cela part d’un bon sentiment. Ils veulent nous dire bonjour.

Quelle distance marchiez-vous en moyenne par jour?

Cela dépend du chemin à effectuer, du lieu: on marche mieux dans les bois que dans les villes. Cela dépend aussi du dénivelé de l’étape. Comme je vous le disais plus haut ce n’est pas le maître qui commande, c’est l’âne qui régule la vitesse par rapport au parcours. Ca dépend si le chemin est accidenté ou facile. Nous avons fait des étapes de 20 km, mais aussi des étapes de presque 40 km. Mais en moyenne nous marchions 25 km par jour.

Avez-vous une histoire favorite de Praline sur le Camino?

[Praline]

Praline, à Saint-Jacques de Compostelle.

Des histoires sur Praline, il y en a des centaines…. D’ailleurs, elle a commencé à écrire ses mémoires…. Le livre devrait faire 600 pages….!! Nous travaillons tous les jours à l’écriture de cet ouvrage. Praline me dicte ses impressions et je transcris sur le clavier…. Ca ne va pas vite, car elle est très, très exigeante et bien souvent, le travail du lundi va au panier le mardi. Mais nous avons fait le chemin ensemble … nous écrirons ensemble.

L’histoire la plus rocambolesque est que pas un jour ne s’est déroulé en Espagne, sans que l’on veuille m’acheter Praline. (On a même essayé de me la voler). Chaque fois que l’on me demandait « SE VENDE, SE VENDE? » je répondais non, évidemment. Mais les gens insistaient, alors je disais : OK…. 30.000 euros … 50.000 euros avec le matériel. Le prix exorbitant décourageait les acheteurs. Mais j’avoue que j’aurais été très ennuyé si quelqu’un avait accepté, car pour tout l’or du monde je ne me séparerais de ma Praline.

Où est Praline maintenant? Vit-elle avec vous?

Praline est dans son pré, à côté de la maison dans le village de Saint Pierre la Palud. Elle est avec Cadine, Florentine et Cacao. Elle se repose en attendant de repartir pour un autre voyage … peut-être à la fin du mois de septembre une randonnée de 15 jours dans le centre de la France. Quelquefois le dimanche, nous participons a des randonnées de villages, nous faisons connaître a ceux que cela intéresse le chemin de Compostelle. Nous parlons de l’association « le chemin pour tous » qui s’occupe d’emmener des handicapés chaque année à Santiago.

Y-a-t-il autre chose dont vous aimeriez parler?

Les autres choses dont je vais parler…. Je vais surtout les écrire pour faire profiter d’autres de mon expérience sur le chemin et surtout raconter la beauté, les aléas, les rencontres fantastiques et aussi parce qu’il ne faut rien occulter, les galères du chemin. C’est le chemin des étoiles … mais s’il y a des roses et des ronces, les deux ont des épines.